Intégrer les neurosciences dans les conceptions UI/UX – 2022

Tech

Incorporer les neurosciences dans les conceptions UI/UX – 2022

Le monde de l’entreprise a finalement commencé à rattraper son retard en matière de designers UX. Les entreprises de différents créneaux et marchés tentent de gagner les meilleurs experts UX qu’elles peuvent.

Lorsque ces spécialistes terminent leurs projets, beaucoup d’entreprises qui les embauchent sont très satisfaites des produits qu’elles obtiennent à la fin. Cependant, cela ne signifie pas qu’elles ont appris comment et pourquoi elles peuvent et doivent continuer à exécuter des expériences utilisateur de haute qualité dans leurs futurs projets.

Les principes des sciences cognitives et des neurosciences, combinés aux principes de l’expérience client (CX) et de l’expérience utilisateur (UX), forment ce que l’on appelle vaguement le « neurodesign », qui permet aux spécialistes du design de mieux transmettre leurs points de vue créatifs.

Le neurodesign est un concept assez nouveau, une approche qui se concentre sur les déclencheurs mentaux derrière l’expérience client pour créer des conceptions plus intelligentes basées sur le comportement des utilisateurs, les interactions avec les clients et les tendances sociales, entre autres choses.

Ce concept peut être utile pour expliquer pourquoi une expérience particulière est intrinsèquement mauvaise ou bonne. Comprendre ce qui se passe d’un point de vue neuroscientifique permet aux concepteurs UX et aux agences de conception UX de résoudre les expériences des utilisateurs et des clients qui mènent à d’excellentes solutions. Vous pouvez trouver plus d’informations sur les 5 meilleures agences de design UX dans le monde ici.

Le neurodesign s’articule autour de la compréhension de l’essence de l’utilisateur cible, jusque dans les moindres détails. Cette approche nécessite la conduite d’une recherche contextuelle et comportementale avant de décider des principales priorités d’un projet.

En menant des entretiens objectifs avec des utilisateurs potentiels au tout début d’un projet de conception, l’équipe UX peut obtenir des informations pertinentes sur le client, notamment sur ses expériences négatives et positives. La recherche sur le neurodesign ouvre la voie à la création d’un produit ou d’un service qui sera adapté spécifiquement au public cible.

Comprendre le cerveau humain

source : forbes.com

On peut savoir ce qui déclenche les utilisateurs au niveau cognitif en surveillant simplement le parcours du client. Les améliorations futures peuvent utiliser les données acquises via ce suivi.

Le cerveau humain se compose de trois parties principales : le tronc cérébral, le système limbique et le néocortex. Le cortex préfrontal, situé dans le néocortex, distingue l’homme de toutes les autres espèces. Il s’occupe de la compréhension des textes, de la rationalisation, de la logique et même des émotions complexes.

Le tronc cérébral a environ 300 millions d’années : il s’occupe des principales fonctions du corps, comme la respiration. Le système limbique est considéré comme vieux de 200 millions d’années : il s’occupe de choses comme les émotions.

Le néocortex n’a que 200 000 ans. Quant au cortex préfrontal, il n’a que 30 000 ans, et c’est cette partie du cerveau qui fait de nous des humains, comme nous l’avons souligné plus haut – c’est elle qui nous fournit l’intellect et la raison. C’est la partie du cerveau avec laquelle les concepteurs d’UX doivent travailler lorsqu’ils créent leurs conceptions.

Les deux parties plus anciennes du cerveau ne réagissent qu’aux signaux non verbaux et ne sont pas capables de comprendre un texte.

Mais, pourquoi les agences de design et les entreprises se concentrent-elles principalement sur le contenu textuel de leurs sites web, si la majeure partie du cerveau humain ne reconnaît que les stimuli ?

Les sens humains traitent plus de 11 millions de bits de données chaque seconde, et seuls 40 d’entre eux appartiennent au domaine conscient. En d’autres termes, une bonne expérience utilisateur ne découle pas du raisonnement et de la logique.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, pour réussir, les conceptions UX doivent s’adresser aux parties les plus anciennes du cerveau humain – il ne s’agit pas seulement de faire réfléchir les utilisateurs, mais aussi de les faire se sentir bien. Et c’est ce qu’est le neurodesign.

Enveloppez votre conception d’une écharpe

source : conferences.shrm.org

En 2008, David Rockcofondateur du NeuroLeadership Institute, a conçu la théorie SCARF. Il a décrit ce modèle dans un article intitulé « Your Brain at Work » (Votre cerveau au travail), et il propose l’idée que la motivation initiale de l’interaction sociale est de maximiser les récompenses et de minimiser les menaces. Une autre motivation d’interaction sociale est liée aux besoins primitifs de survie. Le Dr Rock conclut que les humains ont autant besoin d’interaction sociale que de nourriture et d’eau.

  • Quant à sa théorie SCARF, le Dr Rock l’a basée sur les cinq choses que le cerveau recherche toujours :
  • Le statut ou notre importance par rapport aux autres ;
  • La certitude ou notre capacité à prédire l’avenir ;
  • Autonomie ou sentiment de contrôle sur les choses qui se passent autour de nous ;
  • La parenté ou le sentiment d’être en sécurité avec les autres personnes ;
  • L’équité ou la conscience d’un traitement équitable entre les personnes.

Si votre équipe UX décide finalement d’appliquer la théorie SCARF à un projet de conception, vous serez très certainement surpris par le nombre de retours positifs des utilisateurs. La prise en compte de ces besoins permet de construire un produit offrant une meilleure connectivité avec le public.

Prendre en compte les neurones miroirs et la neuroplasticité

source : towardsdatascience.com

Les neurones miroirs sont un autre principe essentiel des neurosciences. Ce concept peut aider à comprendre pourquoi les gens font ce qu’ils font et comment ils apprennent de nouvelles choses en les imitant. À la fin des années 90, les neuroscientifiques ont découvert que les expériences modifient la structure du cerveau. Avant cela, l’idée générale était que le cerveau adulte ne se transforme jamais après sa formation.

En réalité, les neurones miroirs créent une expérience de perception. Une fois ces perceptions établies, le cerveau attend les mêmes résultats de chaque prochaine expérience identique. Prenez un moment et pensez à la façon dont les applications mobiles ont modifié la conception des logiciels. Par exemple, lorsqu’un utilisateur est habitué à une application Web et qu’il lance ensuite l’application mobile correspondante, il s’attend automatiquement à vivre une expérience similaire. Cela se produit parce que les neurones miroirs se préparent à obtenir le même résultat.

Prenez LinkedIn, par exemple. Lorsque les gens passent de la version navigateur à la version mobile, ils s’attendent à vivre des expériences similaires.

Même si l’application mobile est disposée différemment, son architecture ressemble assez fidèlement à celle de la version Web. Vous pouvez consulter les mises à jour de statut, vérifier les actualités, savoir qui a visité votre profil récemment et établir de nouvelles connexions. Dans ce cas, les neurones miroirs des utilisateurs n’interviennent pas car ils considèrent l’expérience comme sûre.

Quant à la neuroplasticité, c’est un mécanisme neuronal qui modifie le cerveau et qui, par conséquent, offre aux entreprises une chance de s’adapter aux actions de leurs clients. Pour comprendre le fonctionnement de ce mécanisme, imaginez d’abord un arbre. En fonction de la quantité de soleil qui l’éclaire ou de la pluie qui tombe chaque jour, les branches modifient progressivement leur structure pour obtenir le plus de soleil et d’eau possible. Et c’est à peu près ainsi que le cerveau humain se modifie au fil des expériences quotidiennes.

En appliquant les principes du neurodesign à la conception de produits, les agences UX comprennent mieux quelles interactions sont les plus importantes pour leurs clients dans un contexte donné.

Cela permet à son tour aux entreprises et aux équipes UX de développer des produits et services numériques qui accumulent des perceptions positives. Au bout d’un certain temps, ces perceptions précises modifient la structure du cerveau des utilisateurs et leur font ressentir des liens plus étroits avec les marques.

La ligne du bas

La compréhension des besoins instinctifs et neurologiques profonds des utilisateurs finaux permet aux agences UX de développer des conceptions intuitives et conviviales, garantissant ainsi une excellente expérience client.

Le neurodesign est une approche très utile de l’expérience utilisateur, car il permet de comprendre comment et pourquoi ils doivent constamment faire évoluer leur connexion avec leurs clients. Il ne suffit pas de déployer une application et de l’oublier. Tenir compte des réactions et des commentaires des utilisateurs permet d’avoir une meilleure idée de ce que veut le public cible.

Ajoutez à cela certains des concepts neuroscientifiques les plus pratiques, et vous serez en mesure de créer des conceptions exceptionnelles avec lesquelles les gens se sentiront connectés.